Elliott le bouledogue anglais


In memoriam

Elliott est un bouledogue anglais qui a vécu huit ans, de 2010 et 2018. Comme beaucoup de bulldogs, il était têtu, pas toujours malin, mais très sociable, drôle, pot de colle et évidemment, photogénique. Il nous a suivis partout en France et en Espagne, dans une quinzaine de lieux différents, et c’était toujours la star à chaque promenade. Il lui est arrivé des tas d’aventures : un tournage de spot publicitaire, des photographies de mode, de nombreuses rencontres avec des chiens plus ou moins aimables, mais aussi un choc avec une camionnette, une quasi-noyade dans une piscine, une fugue à la campagne, des épilepsies, une hydrocéphalie croissante, une quasi-surdité, des problèmes de peau, de genoux, de pieds, d’yeux, d’arthrose, un torticolis, tout ce qui est possible et imaginable. Il a survécu à tout, il nous a accompagnés partout, il a déjoué tous les pronostics, jusqu’à une tumeur foudroyante en quelques semaines. Cette page-souvenir est dédiée à tous les bouledogues et à tous nos compagnons.

Elliott le bouledogue anglais

Quelques conseils pour bien vivre avec votre bouledogue anglais

  1. S’il a un mal à respirer chronique, envisagez une opération du voile du palais, cela changera sa vie.
  2. Forcez-le à se promener, et comptez son alimentation au gramme près : il doit rester svelte et actif pour être en bonne santé. Surtout, ne laissez pas votre bouledogue s’empâter, plus il sera gros, plus il fatiguera vite et moins il aura envie de sortir, c’est un cercle vicieux.
  3. Tous les jours, nettoyez le repli de peau au-dessus du nez et entre les orteils avec des lingettes dermatologiques, pour éviter les infections et qu’il se gratte ou se lèche. En se grattant le nez, il est capable de se blesser à l’oeil.
  4. Matin et soir, humidifiez ses yeux avec des larmes artificielles, cela apaisera ses yeux, souvent sensibles et fragiles.
  5. Quotidiennement, vérifiez ses oreilles et la présence d’un excès de cérumen, qui peut présager d’une otite. Nettoyez le cas échéant.
  6. Ponctuellement, lavez-le avec un shampoing dermatologique pour prévenir les problèmes de peaux.
  7. Un bouledogue anglais ne supporte pas la chaleur : ne le laissez jamais seul dans votre voiture en été, même à l’ombre et quelques minutes. Inutile aussi de le sortir par temps chaud, ce sera un calvaire pour lui.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser compte tenu de son poil court et de sa robustesse présagée, un bouledogue anglais nécessite de l’entretien et des soins quotidiens.

Enfin, si vous êtes souvent absent, si vous avez des horaires de travail à rallonge, ne prenez pas un bulldog (ou même pas de chien du tout d’ailleurs), car les bouledogues anglais supportent mal la solitude.

Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais

Alimentation du bouledogue anglais et surpoids

Initialement, je supposais une auto-régulation et donnais à manger à Elliott à volonté. Deux ans plus tard, il était en surpoids à 33 kg ! Par la suite, je limitais sa nourriture à 300 g de croquettes par jour, donnés en deux fois, dans une gamelle anti-glouton ou, sous surveillance, dans un pipolino. Son poids s’est ensuite stabilisé autour de 25 kg.

En promenade, j’ai vu des bouledogues anglais qui pesaient jusqu’à 40 kg, mais ils faisaient peine à voir, fatigués à marcher quelques mètres. Un bouledogue anglais n’a aucune raison d’être en surpoids, c’est notre responsabilité en tant que maître.

Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais

Sociabilité du chien et du bouledogue anglais

Très tôt, Elliott a été mis en contact avec d’autres chiens, dont un jeune american staff. Par la suite, il a toujours adoré chahuter avec les autres chiens, spécialement les autres bouledogues et, comme par hasard, les staffies. Par contre, il aboyait si les autres chiens couraient autour sans paraître lui prêter attention ! Plusieurs fois, il est tombé sur des chiens très dominants, mais il se couchait sur le sol sans bouger pour marquer sa soumission, et il n’y jamais eu de blessure à déplorer.

Souvent, les chiens les plus agressifs sont les petits chiens appartenant à des personnes âgées : ils ne sont jamais autorisés à jouer avec les autres chiens, et ne sont pas sociabilisés du tout.

Enfin, je ne laissais jamais Elliott jouer sans surveillance, car il était généralement moins endurant que les autres chiens, et ne savait pas s’arrêter. Je l’obligeais à faire une pause si je constatais que sa respiration devenait trop forte.

Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais

Épilepsie chez le chien

Elliott était atteint d'épilepsie dite essentielle, c'est-à-dire sans cause apparente. Une nuit, il a enchaîné une dizaine de crises d’épilepsie qui ont failli laisser des séquelles neurologiques, mais il a fini par se rétablir. Par la suite, il a eu un médicament antiépileptique, “tout-en-un”, qui était partiellement efficace. Finalement, un traitement quotidien à base de 200 mg de Gardenal couplé avec 1,2 g de bromure de potassium a stoppé complètement les crises et lui a permis de mener une vie normale.

Bien que la dose de phénobarbital puisse paraître élevée, elle ne semblait pas “l’assommer”, et il était plutôt vif pour un bouledogue anglais. Vers la fin de sa vie, d’autres traitements antiépileptiques plus modernes ont été mentionnés par un vétérinaire, mais nous avons fait le choix de ne pas toucher à ce traitement qui fonctionnait bien.

Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais

Vétérinaires généralistes et vétérinaires spécialisés, opération du voile du palais

Elliott a rencontré des tas de vétérinaires et spécialistes, Français et Espagnols au cours de sa vie. Ils nous ont beaucoup aidés, mais nous avons constaté plusieurs fois des diagnostics contradictoires entre différents vétérinaires généralistes, et entre vétérinaires généralistes et vétérinaires spécialisés.

Enfin, l’opération du voile du palais qui a transformé sa vie quand il avait trois ans, lui permettant de mieux respirer, n’a pas été suggérée par un vétérinaire, mais par une comportementaliste-promeneuse de chien habituée des bulldogs ! Cette opération ayant été déterminante pour son confort de vie, il est surprenant qu’aucun vétérinaire ne l’ait préconisée jusqu’alors.

Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais

Caractère du bouledogue anglais

Comme beaucoup de bouledogues anglais, Elliott était assez paresseux, mais joueur et toujours à remuer son moignon de queue dès que quelqu’un s’intéressait à lui, signalant son contentement. C’était un chien “pot de colle”, qui avait tendance à nous suivre partout dans la maison ou l'appartement, même si c’était pour dormir (généralement que d’un oeil) à quelques pas.

S’il repérait que nous partions en voiture, il se faufilait pour y monter : pas nécessairement parce qu’il avait envie de se promener, mais pour rester avec sa “meute”.

En été, il pouvait passer la journée à alterner les expositions ventre au soleil jusqu’à ce qu’il ait trop chaud, pour ensuite s’affaler le ventre sur le carrelage frais. Cette alternance pouvait se répéter une dizaine de fois toute la journée !

Il n’aimait pas trop se promener, spécialement le matin, sauf s’il y avait des chiens dans les alentours avec lesquels chahuter, auquel cas il pouvait réclamer de sortir plusieurs fois par jour, et ne voulait pas rentrer… Paradoxalement, il semblait parfois s’ennuyer à la campagne et préférer la ville, plus propice aux rencontres et aux odeurs canines.

Enfin, il appréciait le calme, et préférait souvent rester dans son panier et observer de loin, quand la maison était pleine d’invités.

Si l’on résumait ses plaisirs, ils pourraient être : chahuter avec les autres chiens, renifler des odeurs, s’étaler au soleil ou au frais, se faire caresser le ventre, dormir près de sa meute, déchirer des cartons, mâchouiller des os, et manger !

Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais

Une fugue à la campagne

Habituellement, Elliott ne se sauvait jamais, mais un après-midi à la campagne, probablement attiré par des aboiements, il a réussi à pousser la porte du jardin et à se faire la malle ! D’abord étonnés, nous avons vite été inquiets quand il s’est avéré que personne ne l’avait vu au village. Nous avons fait tous les lieux-dits voisins, laissé nos coordonnées dans toutes les maisonnées. La nuit, nous ne l’avions toujours pas retrouvé, et je craignais que les médicaments antiépileptiques ne fassent plus effet et qu’Elliott se trouve agonisant et désorienté dans la forêt. Le lendemain matin, un appel nous a signalé qu’un voisin avait entendu des aboiements inhabituels dans un autre lieu-dit la veille. De fil en aiguille, il s’est avéré qu’Elliott avait marché plusieurs kilomètres le long d’un chemin de campagne, jusqu’à une ferme habitée par des retraités, qui l'avaient fait dormir dans leur grange. Comme c’était dimanche, ils n’avaient pas encore pu aller chez le vétérinaire pour vérifier s’il avait une puce électronique. Elliott n'était pas inquiet et dormait de tout son soûl, sans doute récupérant de sa promenade. Notre soulagement et notre joie ont été immenses à le retrouver. Après ce jour-là, nous avons ajouté une plaque métallique avec notre téléphone, et précisant qu'il était épileptique, à son collier.

Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais

Bave, ronflement et flatulence

Trois caractéristiques attribuées au bouledogue anglais sont qu’il bave, ronfle et pète !

Comme tous les molosses, il bave après avoir bu, une partie de l’eau dégoulinant le long de ses babines. La solution est simplement de lui essuyer après l’avoir vu boire. Autrement, il ne bave pas plus que les autres chiens.

Concernant les ronflements, tous les chiens brachycéphales, c'est-à-dire à la face plane et à la tête courte, on tendance à avoir des difficultés respiratoires, et à ronfler et respirer assez fort, c'est une caractéristique morphologique. Cela explique d'ailleurs pourquoi avoir un chien trop typé, comme était Elliott, n’est pas nécessairement une bonne chose. Si la respiration est vraiment difficile, le cas échéant, une opération du voile du palais et un élargissement des narines pourront améliorer la situation, et aider votre bouledogue à respirer mieux.

Concernant les flatulences malodorantes, il n'y a pas de différence par rapport aux autres chiens : si vous lui donnez des croquettes de qualité, et toujours les mêmes, vous n’aurez pas de problème particulier. Nous donnions à Elliott des croquettes de marque et adaptées au bouledogue anglais, bien grosses, qui l’obligeaient à croquer. Plusieurs fois, faute de mieux, nous lui avons donné des croquettes génériques de supermarché : trop petites, il les avalait tout rond, et avait manifestement des difficultés à les digérer.

Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais

Le bouledogue anglais et les enfants

Il n’y a pas de chien naturellement agressif, mais seulement des chiens mal sociabilisés ou mal éduqués. Cependant, certains chiens sont plus faciles à éduquer que d’autres : l’éducation d'un bulldog est beaucoup plus permissive que celle d’un rottweiler par exemple.

Aussi, le plus souvent, sous leur air patibulaire, les bouledogues anglais sont en fait très doux, voire débonnaires, et sont de parfaits compagnons aux enfants. Cependant, un bulldog est court sur pattes et avec ses 25 kg, il peut facilement faire tomber un jeune enfant en le heurtant sans le faire exprès, donc il faudra garder une certaine vigilance avec les plus jeunes.

Enfin, s’il était impossible de déceler une once d’agressivité chez Elliott, il n’aimait pas pour autant que l’on touche à ses os, spécialement quand il était en train d’en mâchouiller un.

Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais

La sensibilité du bouledogue anglais

Ponctuellement, nous faisions garder Elliott chez des petsitters professionnels, mais une fois nous l’avons confié à un chenil “classique”, durant une semaine en hiver. Les box du chenil devaient être chauffés, et les chiens devaient être promenés ensemble deux fois par jour, pour avoir des rapports sociaux. Une semaine plus tard, je récupère Elliott, assis et amorphe, grelottant au fond de son box, ne répondant pas à son nom. Au final, les promenades, si elles ont eu lieu, étaient au mieux individuelles, et les box n'étaient pas chauffés, alors que la température extérieure avoisinait les cinq degrés. Les chiens confiés au chenil ne cessaient d’aboyer tandis qu'Elliott aime le calme. Je le ramène piteusement à la maison, plein de culpabilité de l’avoir laissé chez ces thénardiers.

Pendant deux jours, il n’a quasiment pas quitté son panier, hormis pour manger et faire ses besoins. Il n’était plus en joie le matin et semblait triste et fatigué. Heureusement, progressivement, les quelques jours suivants tout est rentré dans l’ordre, et Elliott a retrouvé sa bonne humeur habituelle.

Les bouledogues anglais, les chiens, les animaux, sont des êtres sensibles, comme vous et moi.

Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais

D’une hydrocéphalie modérée à une hydrocéphalie sévère

Dès son plus jeune âge, Elliott avait une hydrocéphalie modérée, c’est-à-dire une petite accumulation d’eau autour du cerveau. Selon des vétérinaires, elle était probablement la raison de ses épilepsies, mais le vétérinaire neurologue arguait qu’elle était trop petite. Quoi qu’il en soit, Elliott a passé sa vie avec sans gêne particulière. Cependant, vers la fin de sa vie, une IRM a montré que son hydrocéphalie était à présent sévère, au point que le vétérinaire neurologue s’étonnait même qu’Elliott puisse être “normal”, et m’expliquait que si c’était un humain, il serait handicapé mental profond. Ce à quoi je répondis : Elliott n’a jamais été le plus malin des chiens (il ne retrouverait pas son chemin dans un mouchoir de poche !), mais il répond quand on l’appelle (à condition d’être en face de lui, puisqu'il était quasi-sourd), obéit aux ordres assis, couché, reste, au pied, nous fait la fête chaque fois qu’il nous voit, est heureux de ronger des os et de chahuter avec d’autres chiens, se précipite vers la voiture dès qu’il devine que l’on s’en va, ronronne quand on lui caresse le ventre, et aboie les chats. Alors, peut-être qu’il est effectivement handicapé, mais que voulez-vous attendre de plus d’un chien ?

Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais

Un bouledogue, qu’est-ce que ça dort !

Pour avoir vécu des journées entières avec Elliott, je peux confirmer qu’il passe l’essentiel de son temps couché, dans son panier ou sur le carrelage. Mais ce n’est pas pour autant qu’il dort, car on ne l’entend pas nécessairement ronfler. D’autre part, si je changeais de pièce pendant plus de cinq minutes, je finissais par le voir arriver. Disons qu’il se prélasse de nombreuses heures chaque jour !

Dans les villages de certains pays d’Amérique du Sud, on peut remarquer des chiens en liberté complète, juste nourris par un “maître” ou le voisinage. Si l’on voit ces chiens se promener, ou chahuter entre eux, ou réclamer de la nourriture, le plus souvent ils semblent simplement affaler au soleil.

Mais est-ce pour autant que l’on peut laisser un chien seul une dizaine d’heures par jour entre quatre murs ? Sûrement pas ! Un chien a besoin de distractions, de se dégourdir les jambes, de regarder des choses qui bougent par la fenêtre ou par le balcon, de sentir des odeurs et le grand air, de rencontrer d’autres canidés, bref, de vivre sa vie de chien !

Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais
Elliott le bouledogue anglais

L'amitié entre un chien et son maître

Repenser à Elliott est toujours douloureux, et j’évite de regarder ses photographies.

On peut chercher de nombreuses explications : les innombrables heures passées ensemble en promenade, à la maison (je travaillais à domicile et étais quasiment tout le temps avec lui), en voyage, à m’occuper de lui. Le fait aussi que sa santé et son bonheur me paraissaient dépendre de moi, et que je me demandais toujours si j’en faisais assez, si je ne pouvais pas en faire plus pour lui donner une vie meilleure.

Mais ce sont des conséquences, et non des causes.

La solitude n’est pas non plus une explication, car je vis avec une femme formidable, aimante, et que j’aime.

Avec le recul, je vois donc essentiellement deux explications à l’attachement, peut-être excessif, que je lui portais :

Premièrement, Elliott était toujours fidèle à lui-même. Peu importe ce qui se passait sur la planète, Elliott aimait toujours autant chahuter avec les autres chiens, lézarder au soleil, se faire caresser le ventre… Parfois, on est un peu écoeuré des gens, de la violence, des médisances, des hypocrisies, mais m'occuper de lui me réconciliait avec le monde.

Deuxièmement, même si j’avais bien conscience que c’était un chien, et qu’il nous voyait avant tout comme une meute, au fond de moi, je crois que je le considérais comme un ami, irremplaçable.

Finalement, c’était nous qui faisions partie de sa meute et non l’inverse.

2010-2018 À la mémoire d'Elliott et de tous nos compagnons.